Santé

Vivalia : l’hôpital psychiatrique La Clairière restera à Bertrix

Vivalia : l’hôpital psychiatrique La Clairière restera à Bertrix
 Publié le vendredi 17 juin 2022 à 18:20    Bertrix - Libramont

Dans son plan de réorganisation de l’offre de soins en Luxembourg, Vivalia avait prévu de délocaliser ses services de psychiatrie de Bertrix vers Libramont. Il n’en sera rien. “La Clairière” restera sur son site actuel, dans de nouvelles constructions.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


C’est une question de timing”, précise d’emblée Olivier Binet, directeur adjoint de Vivalia en charge du pôle extra-hospitalier, qui nous le confirme : “Le conseil d’administration vient de revoir ses plans. Les soins psychiatriques de La Clairière ne seront pas délocalisés sur Libramont”.

Cette “question de timing”, c’est la date butoir pour le dépôt des candidatures au prochain plan de constructions hospitalières de la Région wallonne, une manne à subsides. “Nous avons appris tout récemment que cette date a été avancée à la fin décembre 2022”, précise le président de Vivalia Yves Planchard.
Et ça, ça change la donne.

Car si Vivalia veut prendre le prochain train des subsidiations, elle doit présenter un dossier qui tient sur les rails. Or son option “déménagement à Libramont” se révèle intenable, question de timing : tant que le futur CHR de Houdemont n’a pas vu le jour, le site hospitalier du CHCA à Libramont doit continuer à fonctionner comme tel.
Une reconversion avant l’heure, avec la polyclinique, le PIT, le centre Eclore et… le pôle santé mentale,  est illusoire. Retour à Bertrix.

Voilà donc Vivalia contrainte de modifier son approche.  “L’agenda est serré, mais en privilégiant le site actuel c’est faisable”, avance Olivier Binet. “D’autant que notre objectif est de continuer à assurer les soins pour toutes ces maladies de société, même durant les travaux. L’idée retenue pour le moment est de construire des nouveaux pavillons, entre les anciens, et de déménager les services au fur à mesure des constructions, pavillon par pavillon”. 

Pour quel budget ? Dans quels délais ? Trop tôt pour le dire.  “D’ailleurs formellement,  le conseil d’administration n’a pas acté le maintien sur Bertrix, recadre prudemment le président Yves Planchard. Nous venons juste de lancer l’appel à un auteur de projet, en vue de la remise de notre candidature au plan wallon”, avant de reconnaître que la poursuite de l’activité en unités modulaires -possible à Bertrix, impossible à Libramont- “a toujours été défendu par l’ensemble du corps médical de La Clairière”...

Le choix du bon sens

“Le maintien des soins psychiatriques à Bertrix n’est pas une décision politique. C’est le choix du bon sens”, juge pour sa part Dominique Gillard, administrateur MR. “Mais tout cela, c’est la conséquence de la perte de temps dans la mise en œuvre de Vivalia 2025. On a perdu cinq ans, pour reprendre les mots du directeur général f.f., qui l’admet enfin. Maintenant, avançons”.

La poursuite de l’activité sur place est une bonne nouvelle, réagit le conseiller communal bertrigeois et administrateur MR Denis Collard. Pour l’emploi, mais pas uniquement. C’est un choix cohérent par rapport à des structures, comme les habitations protégées de Bertrix qui dépendent de Vivalia, ou comme la future école secondaire spécialisée de la Province, qu’on espère voir s’installer juste à côté de La Clairière”. 
Mais sur ce dossier-là, aussi, c’est une question de budget. Et une question de timing…


Christophe Thiry





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus