Le conseil d’état déboute les communes du sud qui étaient contre la localisation du CHR à Houdemont

Le conseil d’état déboute les communes du sud qui étaient contre la localisation du CHR à Houdemont
Photo d'illustration - Bureau A3 Architecture
 Publié le vendredi 11 octobre 2019 à 12:17 - Mis à jour le vendredi 11 octobre 2019 à 13:22    Arlon - Attert - Aubange - Habay - Messancy - Province


« Le Conseil d’Etat a rejeté le recours des communes du sud contre la localisation à Houdemont. Ce tweet a été posté sur Twitter par le député-bourgmestre de Tintigny et président du MR provincial, Benoît Piedboeuf, ce vendredi, en fin de matinée. Nous avons tenté de joindre les bourgmestres concernés par cette décision (Arlon, Attert, Aubange et Messancy), mais difficile d’avoir quelqu’un en ligne ce vendredi. Le bourgmestre d’Arlon, Vincent Magnus nous a expliqué via message : « Je ne réponds pas pour l’instant à propos du Conseil d’Etat. Je dois bien évidemment prendre contact avec notre avocat préalablement. »

Du côté de Vivalia, Yves Bernard, le directeur général, a pris connaissance, ce vendredi matin, de la décision du Conseil d’Etat. « Il n’y a plus d’obstacles juridique ou administratif par rapport à la localisation du site. Les attendus sont clairs. » Yves Bernard poursuit : « Cet arrêt du Conseil d’Etat, c’est surtout un adjuvant moral pour nos équipes projets. Il vient à un bon moment. Nous avons terminé la phase de programmation, toute la conceptualisation des surfaces utilisées par chaque service. Nous en sommes désormais à la phase des esquisses, on visualise ce que pourrait devenir ce nouvel hôpital. On travaille sur les économies d’énergie, etc. Le tout sera présenté au prochain conseil d’administration de Vivalia le 22 octobre. »

Pour rappel, c’est la décision du conseil d’administration de Vivalia du 26 mai 2016 de retenir le site de Houdemont (commune de Habay) pour y bâtir le futur CHR (Centre Hospitalier Régional) centre-sud que les communes précitées attaquaient par recours, devant le Conseil d’Etat. C’est bien la procédure qui a mené au choix de Houdemont-Habay qui était mise en cause ici. Mais, dans son arrêt du 9 octobre (pas encore publié sur le site officiel mais que nous avons pu nous procurer), le Conseil d’Etat ne suit pas les communes du sud et suit l'avis du premier auditeur :

« La décision attaquée ainsi que les pièces du dossier administratif font apparaître que l'autorité a procédé à un examen complet et détaillé des éléments du dossier de manière à évaluer correctement la situation, ce qui lui a permis de prendre sa décision et de faire son choix en pleine connaissance de cause. »

Le Conseil d’Etat déboute donc les quatre communes du sud qui devront prendre à leur charge les frais de procédure (1500 euros).

 

S. BOUDOU  F. FELLER

 

 

 




Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site le sont par des tiers et ne font pas l'objet d'un contrôle avant publication. Par conséquent TV Lux ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur son site.



Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris