Politique

Fusion des communes : Fauvillers, Marche et Bertrix l'envisagent également

Fusion des communes : Fauvillers, Marche et Bertrix l'envisagent également
 Publié le vendredi 11 fevrier 2022 à 15:25 - Mis à jour le vendredi 11 fevrier 2022 à 19:12    Bertrix - Fauvillers - Marche-en-Famenne

Avant l'annonce de Bastogne et Bertogne, d'autres communes luxembourgeoises avaient exprimé leur intérêt pour une éventuelle fusion avec leurs voisins. C'est le cas de Marche, Bertrix et Fauvillers.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Parmi les premières communes à avoir montré son intérêt au principe des fusions volontaires, on retrouve Marche-en-Famenne et Rochefort. Une fusion famennoise sur deux provinces (Namur et Luxembourg), voilà qui complique un peu les choses. Le maïeur marchois (CdH) y croit toujours mais entend associer les citoyens à la démarche. Nous l'avons interrogé ce vendredi suite à l'annonce du rapprochement entre Bastogne et Bertogne.

Du côté de Fauvillers, on serait assez tenté également par une fusion avec une commune voisine. Naturellement, le bourgmestre écolo Nicolas Stilmant pense à Martelange, une commune déjà partenaire sur différents projets, ils partagent notamment leur hall sportif et bientôt un hall des travaux. Les contacts devraient reprendre une fois que les arrêtés d’exécution seront validés par le Gouvernement wallon, soit la semaine prochaine nous a confirmé le cabinet de Christophe Collignon, ministre des pouvoirs publics.

À Bertrix, le bourgmestre MR Mathieu Rossignol a lancé une invitation à sa commune voisine d'Herbeumont pour envisager un futur commun. L'appel est resté lettre morte, mais le bourgmestre entend relancer la démarche et pourquoi pas y inclure également la commune de Paliseul. Il explique préférer une fusion choisie à une possible fusion imposée, d'autant que des incitants financiers existent pour les rapprochements volontaires.

Pour convoler, il faut au minimum... être deux

Le hic avec toutes ces intentions c'est qu'elles semblent pour l'instant être unilatérales (on pourrait également citer l'exemple de Tellin et Wellin), or pour mener un projet commun il faut d'abord convaincre un partenaire. Le ministre Collignon nous l'a confirmé ce vendredi, actuellement en Wallonie on ne se bouscule pas au portillon pour entamer une procédure de fusion : "à ma connaissance le projet de Bastogne et Bertogne est le seul à aller aussi loin, il y a bien Marche et Rochefort mais ils ne sont pas au même stade". La démarche est souvent freinée par des raisons identitaires pour ne pas dire des querelles de clochers, commente le ministre. Mais peut-être l'exemple des deux communes ardennaises donnera des ailes à d'autres projets...

 
 
 
 
 
 


Frédéric Feller Nicolas Lefèvre





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus