Judiciaire

Philippe Lemaire reconnu coupable d’assassinat

Philippe Lemaire reconnu coupable d’assassinat
 Publié le jeudi 28 avril 2022 à 16:50 - Mis à jour le vendredi 29 avril 2022 à 09:23    Arlon - Bastogne

En répondant « oui » au trois questions qui leur étaient posés, les membres du jury des Assises du Luxembourg reconnaissent Philippe Lemaire coupable d’assassinat sur la personne de son ex-compagne, Marie-Thérèse Roufosse, tuée d’une balle tirée à bout portant dans le café « Au New Tacot », à Bastogne, le 15 juillet 2018.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Il est aussi reconnu coupable de la détention d’une arme à feu sans autorisation. La cour reprendra les débats demain, vendredi, à 9h30, pour définir la peine à laquelle elle condamne Philippe Lemaire.

Plus tôt dans l'après-midi, comme le veut la loi, l’accusé a eu la parole en dernier. Philippe Lemaire n’a exprimé aucun regret. Pour lui, l’accusation de préméditation ne tient pas puisqu’il avait menacé de tuer d’abord le fils aîné de la victime. Il avait demandé aux jurés d’y réfléchir. Lors de sa prise de parole, l'accusé n'a émis aucun regret, ni pour sa victime, ni pour les enfants de celle-ci, parties civiles.

Les douze jurés sont entrés en délibération peu avant 17h00 pour répondre à trois questions : celle sur le meurtre,  une seconde, sur la préméditation de cet acte et une troisième question sur la détention d’une arme sans autorisation.

Auparavant, son conseil, Me Dimitri De Coster, avait tenu, à justifier sa position. En accord avec son confrère, Me Sylvain Danneels, et contrairement à ce que la défense avait annoncé lundi, à l'ouverture de ce procès, il a décidé de ne pas plaider sur la préméditation car, a-t-il dit plus tôt dans l'après-midi , " j'ai l'intime conviction que mon client a assassiné Madame Marie-Thérèse Roufosse." "Ce faisant, dit-il, j'ai trahi mon client que je côtoie depuis avril 2019, aujourd'hui, je ne suis pas digne de ma toge. Quand nous plaiderons demain, sur la peine, là, nous aurons beaucoup de choses à vous dire", a-t-il adressé à la Cour et aux jurés. "J'espère alors être digne de la toge que je porte" a-t-il conclut.


David Pierson





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus