Judiciaire

Assises : la défense ne plaidera ni sur la culpabilité ni sur la préméditation !

Assises : la défense ne plaidera ni sur la culpabilité ni sur la préméditation !
 Publié le jeudi 28 avril 2022 à 14:39 - Mis à jour le jeudi 28 avril 2022 à 14:53    Arlon - Bastogne

« J’ai la conviction que M. Lemaire a assassiné Mme Roufosse, je ne plaiderai donc pas sur la préméditation ! » Voilà ce qu’a déclaré Me Dimitri De Coster, lors de la reprise des débats ce jeudi à 14h30 devant les Assises du Luxembourg.


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Lundi déjà, avant l'entame des débats, la défense de Philippe Lemaire avait remis son mandat et ses conseils avaient été commis d'office par la Cour. Les avocats, Me Sylvain Danneels et Dimitri De Coster, avaient expliqué ne pas être sur la même ligne que leur client mais qu'ils plaideraient sur la préméditation de l'acte irréparable. Manifestement, les débats de cette semaine ont mis les avocats devant une tâche insurmontable.

Ce jeudi, l’ultime témoin entendu dans l’affaire du café « Au New Tacot de Bastogne » est sorti de la salle d’audience vers 13h00. Pour rappel, Philippe Lemaire, 52 ans, est poursuivi pour l’assassinat de son ex-compagne, Marie-Thérèse Roufosse, tenancière dudit café, au soir du 15 juillet 2018. Il lui a tiré une balle dans la tête à bout portant.

La cour entend cet après-midi les plaidoiries des différentes parties : parties civiles pour les deux enfants de la victime, réquisitoire du ministère public, représenté par le procureur de division de Neufchâteau, Dimitri Gourdange, et la défense. Mais celle-ci ne plaidera pas à ce stade de la procédure. Comme le veut la loi, l’accusé aura la parole en dernier. Après les répliques des parties, le jury devrait être envoyé en délibération pour statuer sur la culpabilité de Philippe Lemaire. Une culpabilité qui ne fait quasiment aucun doute, l’accusé ayant reconnu les faits. Reste la question de la préméditation, pour laquelle de nombreux éléments du dossier sont à charge. Quant aux plaidoiries sur la peine, elles devraient prendre place vendredi matin. Pour meurtre, l’accusé encoure jusqu’à 20 ans de prison ; si la préméditation est reconnue, il risque alors la perpétuité.  La défense a annoncé qu’à ce stade-là, elle aura beaucoup à dire. Ce sera le moment de faire reconnaître, pour l’accusé, des circonstances atténuantes, comme son enfance très difficile, les problèmes psychologiques de sa mère, etc. Philippe Lemaire sera donc plus que probablement fixé sur son sort avant ce week-end.


David Pierson





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus