Jeunesse

Tapages nocturnes dans des pré-camps : le bourgmestre de Hotton rappelle à l’ordre

Tapages nocturnes dans des pré-camps : le bourgmestre de Hotton rappelle à l’ordre
 Publié le lundi 05 juillet 2021 à 11:40 - Mis à jour le lundi 05 juillet 2021 à 11:47    Hotton

Au terme de quatre jours de tapages nocturnes répétés, le bourgmestre de Hotton Jacques Chaplier a rappelé à l’ordre les responsables des dix-neuf camps installés le long de l'Ourthe. “Monsieur Camps” passera tous les deux jours vérifier le respect de la réglementation.

Un premier...  et dernier avertissement


Newsletter

Recevez notre newsletter pour ne rien manquer de l'info, du sport et de nos émissions


Durant trois nuits et quatre jours, les plaintes de riverains n’ont pas cessé. A Fronville, Monville, Melreux et Hotton, musiques, cris et chants ont résonné dans toute la vallée parfois jusqu’aux petites heures.
Dix-neuf unités, sans relations entre elles, ont jeté leur dévolu sur les berges de l’Ourthe : des structures imposantes de par le nombre, toutes néerlandophones.
Sur ces 19 troupes, trois ont dépassé les bornes et les décibels. A chaque fois, il s’agissait de pré-camps, trois-quatre jours réservés aux préparatifs avant l’arrivée des plus jeunes. “Je me suis rendu sur chacune des 19 implantations pour mettre les choses au point et rappeler la réglementation de police, précise le bourgmestre Jacques Chaplier. J’ai dû menacer les animateurs d’écrire aux bourgmestres des communes d’où ils sont originaires pour que les chefs de trois camps à problèmes viennent me voir et reconnaissent les faits. Ils se sont engagés pour la suite...

Pas de tolérance zéro

Inutile de préciser que la consommation de bière et d’alcool mêlée, au plaisir des retrouvailles, n’est pas étrangère à ces débordements festifs. Mais pas question pour le bourgmestre d’appliquer la tolérance zéro. “Pas dans un premier temps en tout cas. Ce serait hypocrite, car il nous est difficile de surveiller tous les camps et de contrôler toutes les tentes, reconnaît Jacques Chaplier. Mais j’ai insisté auprès de chacun sur  l’image négative que des comportements excessifs pouvaient avoir auprès du grand public, et surtout auprès des jeunes animés. Ces pré-camps, c’est toujours le moment où les animateurs se retrouvent ensemble et se lâchent. Une fois le camp commencé, il est rare que l’on doive intervenir”, rassure-t-il.
Mais s’il le faut, le bourgmestre a été très clair : “terug naar huis !”. En néerlandais dans le texte…

Sous l’œil de “Monsieur Camp” 

Comme chaque année, la commune de Hotton a désigné un “Monsieur Camp”, qui a pour mission de vérifier que tout se passe au mieux et de faire le lien avec les autorités et la population. “Je lui demanderai de passer tous les deux jours, sans prévenir, dans chacun des camps”, ponctue le bourgmestre.


Christophe Thiry





Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus