Idélux : ne rien dire et laisser faire !?

Idélux : ne rien dire et laisser faire !?
 Publié le vendredi 14 fevrier 2020 à 15:37 - Mis à jour le vendredi 14 fevrier 2020 à 23:31    Province

L’intercommunale Idélux a mis récemment les points juridiques sur les « i » des membres ou observateurs présents au sein de son Conseil d’Administration.

Ce reproche, manifestement argumenté par un juriste, a été déposé en point « divers » et examiné lors du dernier CA de l’intercommunale. Il fait suite à deux interviews que nous avait octroyées Guirec Halflants, observateur écolo au sein du CA d’Idélux ; l’une à propos de la ZAD et l’autre sur les futurs zonings projetés par l’intercommunale.

Des propos que vous pouvez retrouver ici :

https://www.tvlux.be/video/info/arlon-l-intercommunale-idelux-prete-a-rencontrer-les-zadistes-_33113.html

https://www.tvlux.be/video/info/province-idelux-prevoit-encore-de-developper-ses-zonings_33170.html

Guirec Halflants a donc eu le tort de nous révéler une décision prise par le CA d’Idélux avant que les personnes habilitées n’aient communiqué cette décision… En effet, selon le règlement d’ordre intérieur (R.O.I.) de l’intercommunale, seuls le président ou le directeur général sont chargés de la communication sur les décisions prises. « Une communication qui ne peut être contraire à l’intérêt de l’intercommunale » …

L’argumentaire d’Idélux rappelle que « quant à la violation du R.O.I. et des règles de déontologie et d’éthique, l’Assemblée générale peut révoquer à tout moment tout administrateur ». Voilà qui sonne comme un avertissement clair adressé à l’observateur écolo. Voire comme une sommation.

Où est le débat ?

Avant la création des intercommunales, ces discussions se seraient plus que probablement produites au sein d’un conseil communal où de l’assemblée provinciale. Avec un débat public où les opinions de chacun auraient pu être répercutées dans les médias. Mais aujourd’hui, ce sont des salons feutrés ou des salles de réunions insonorisées qui accueillent les arguments de chacun. Endroits dont la presse est soigneusement tenue à l’écart… Toute publicité, autre que celle donnée à l’avis dominant par la voix officielle, doit donc être passée sous silence.

A l’heure où, en Europe, plusieurs lanceurs d’alerte croupissent en prison, à l’heure où les politiques se plaignent amèrement d’une cassure démocratique entre le citoyen et eux, il peut être opportun de se souvenir que tout débat se nourrit d’idées et pas de communiqués officiels.

 

David Pierson







Facebook


Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site et optimaliser votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris