La Belgique propose Redu comme centre stratégique de Galileo

La Belgique propose Redu comme centre stratégique de Galileo
 Publié le jeudi 16 novembre 2017 à 16:03 - Mis à jour le jeudi 16 novembre 2017 à 16:46    Libin

 Ce 16 novembre 2017, le Conseil des Ministres a confirmé la candidature de la Belgique pour accueillir le futur siège du BackUp GSMC (Galileo Security Monitoring Centre).
Et c'est le Centre européen de sécurité et d’éducation spatiales (ESEC) de Redu, déjà impliqué dans le programme Galileo, qui sera proposé auprès de la Commission européenne.


Un super décodeur


Le centre de Redu est déjà un maillon important du projet Galileo, le futur GPS européen. Avec son antenne de 15 mètres de diamètre, il recalcule et valide l'orbite des satellites.

S'il est retenu par la commission européenne, il deviendra également une pièce maîtresse de la sécurisation des données du système satellitaire.

De manière simplifiée le GSMC joue le rôle d'interface entre l'utilisateur des services de navigation Galileo et sa flotte de satellites, une sorte de super décodeur : « il distribue les clés de décryptage du signal Galileo » nous explique le directeur de la station de Redu, Benoît Demelenne.


Une chance grâce... au Brexit !


Actuellement deux sites assurent cette fonction de cryptage des données, le centre de Saint-Germain-en-Lay près de Paris et celui de Swanwick en Angleterre (Hampshire). Seulement voilà, suite au Brexit, l'Europe va relocaliser le centre. Et la Belgique y croit :

« La Belgique a l’ambition de devenir un acteur de premier plan dans le projet spatial européen Galileo » indique François Bellot, Ministre de la Mobilité, en charge du dossier. « Si la Belgique est sélectionnée, les retombées seront importantes pour tout le pays ».

Au total 8 pays ont été autorisés par l’Europe à soumettre une proposition complète. Le site doit être opérationnel, du moins en partie, pour mars 2018.
La Wallonie apportera sa participation financière qui se chiffrerait à hauteur de maximum 3 millions d'euros au budget global belge pour la construction de cette infrastructure sur le site de l'Agence spatiale européenne de Redu, plus probablement des coûts annuels liés à la maintenance.


La proximité avec le centre français pourrait jouer en faveur de Redu. La réponse de la Commission européenne devrait tomber d'ici la fin de l'année.
Si elle est positive, ce serait une seconde bonne nouvelle, pour la Belgique et Idelux qui gère le dossier, après la désignation de Transinne pour accueillir le centre logistique du programme Galileo.

Un bâtiment de 2.300 m2 situé sur le parc d'activités économiques Galaxia et qui sera inauguré le premier décembre.

 




Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site le sont par des tiers et ne font pas l'objet d'un contrôle avant publication. Par conséquent TV Lux ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur son site.

Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte